Crise sécheresse : un début d’amélioration mais le département maintient un niveau « d’alerte renforcée »

Lundi 17 octobre, le Comité de Gestion de la Ressource en Eau (CGRE) d’Ille-et-Vilaine s’est à réuni sous la présidence de Paul-Marie Claudon, secrétaire général de la préfecture d’Ille-et-Vilaine, pour la 12e fois depuis mi-mars 2022.

Le département connaît un déficit historique en termes de pluviométrie avec de graves conséquences sur les cours d’eau, les nappes souterraines et les volumes d’eau stockés dans les barrages.

Le cumul des pluies de septembre et de début octobre a permis de repousser le risque de rupture d’alimentation en eau potable au-delà de la fin de l’année 2022, notamment dans le nord du
département. Les représentants des syndicats de production d’eau potable ont par ailleurs témoigné d’une diminution des consommations en eau de l’ordre de 5 à 10 % sur le mois de septembre, résultant des efforts réalisés par les bretilliens sur leur consommation en eau.

Ainsi, le comité a partagé à l’unanimité de ses membres, la pertinence de revenir à un niveau de sécheresse moins contraignant sur le département pour les usages et activités utilisant de l’eau issue tant du réseau eau potable que des milieux aquatiques.

A noter que ce niveau reste très élevé puisqu’il est le 3è sur une échelle de 4 que compte la gestion du risque sécheresse.

Dans l’attente, chacun, particulier, collectivité, industriel ou exploitant agricole, est appelé à respecter les mesures de restriction toujours en vigueur, à réduire de manière volontaire sa consommation en eau quelle qu’en soit l’origine et à se tenir informé des évolutions prochaines en matière de restriction.

Arrêté préfectoral du 20-10-2022